Dossiers
mardi, 30 août 2011
Les automobilistes ragent souvent contre la témérité et l’imprudence des camionneurs. Mais ce qu’on sait moins — ou que l’on préfère ignorer —, c’est que les camionneurs, eux aussi, pestent régulièrement contre les automobilistes. Voyons comment on pourrait leur faciliter la tâche…

Imaginez la scène : vous êtes au volant d’un poids lourd de 40 tonnes. À droite, une sortie d’autoroute. À gauche, un automobiliste qui s’amène et qui devrait vous dépasser à vive allure. Soudain, cet automobiliste réalise qu’il va manquer sa sortie. Il braque son véhicule presque devant vos roues, au détriment de toute sécurité, avant de finalement s’engager dans la bretelle.

Des scénarios du genre, les camionneurs en vivent tous les jours, voire toutes les cinq minutes lorsqu’ils circulent en zones métropolitaines. Bien que les camionneurs ne soient pas tous des exemples parfaits de professionnalisme, ils restent humains et ont, eux aussi, leurs sautes d’humeur. Sauf que si nous, automobilistes, nous souvenons souvent de ces camionneurs frustrés, nous ne comptabilisons jamais tous ceux que l’on a croisés sans histoire.

Laissez-leur leur bulle!

Dans les campagnes de sensibilisation d’autrefois — vous vous rappelez de «La route, ça se partage»? —, on a maintes fois répété que les poids lourds ne transigent pas avec les mêmes distances de freinage que les voitures. On a aussi dit que les angles morts n’ont pas la même importance pour eux que pour une automobile.

C’est encore et toujours vrai : le poids lourd a besoin d’un plus grand espace vital. La règle d’or veut qu’un automobiliste laisse l’équivalent d’une seconde de distance entre lui et le fardier pour chaque trois mètres de longueur d’équipement. C’est dire près de huit secondes pour un camion de 23 mètres, voire davantage si les conditions routières sont défavorables.

Il n’y a pas que les automobilistes qui doivent respecter les distances de freinage : les camionneurs doivent aussi le faire. Ne soyez donc pas surpris si, par exemple, ils roulent très lentement dans un banc de brouillard : ils respectent la consigne de pouvoir s’immobiliser dans le court espace où ils peuvent encore apercevoir la route. Le camionneur ne distingue qu’à dix mètres devant lui? Il lui faudra peut-être réduire sa vitesse à 30 km/h.

Et tant pis pour ceux qui s’impatientent derrière.

Courtoisie, où es-tu?

Saviez-vous qu’un camionneur qui se fait couper et qui doit ralentir subitement, devra rouler pendant trois kilomètres avant de reprendre sa vitesse de croisière? Pas bon pour la consommation en carburant… ni pour la « zénitude » routière, avouez.

Sans doute est-ce utopique, mais inscrire une balade imposée en poids lourd au programme du cours de conduite pourrait aider à développer une plus grande courtoisie de la part des automobilistes envers les camionneurs. Vous savez, celle qui veut, en voyant un fardier s’engager sur l’autoroute, que l’automobiliste se range galamment dans la seconde voie afin de lui laisser tout le champ libre nécessaire?

Parce que c’est presque toujours de notre faute…

Peu de gens le savent, mais dans les accidents impliquant un camion lourd, la faute incombe, dans la majorité des cas, à l’automobiliste. « Généralement, la tragédie est imputable à une méconnaissance de la réalité du camionneur », explique Yvon Lapointe, directeur de la sécurité à CAA-Québec.

Pourtant, en suivant ces sept consignes, les automobilistes pourraient grandement réduire les risques d’accidents.

1. Rester loin des camions. Comme ceux-ci font écran, ils empêchent l’automobiliste de bien discerner ce qui se passe devant. Si un incident survenait, non seulement le conducteur de la voiture ne pourrait le repérer, mais il ne pourrait l’anticiper.

2. Éviter de rester trop longuement à la hauteur d’un poids lourd. En cas de catastrophe, on risque alors d’être pris en sandwich, sans porte de sortie aucune.

3. S’assurer d’être vu. Si l’automobiliste n’aperçoit pas les yeux du camionneur dans l’un de ses rétroviseurs, ce dernier ne peut sûrement pas le voir non plus.

4. Ne pas suivre un camion de trop près. C’est peu connu, mais un fardier qui n’est pas chargé profite, croyez-le ou non, d’une capacité de freinage supérieure à celle d’une voiture. C’est dire qu’en cas de pépin, l’automobiliste pourrait bien avoir embouti le derrière d’un poids lourd avant même de réaliser que celui-ci avait commencé à freiner.

5. Dépasser rapidement. L’idée est de demeurer le moins longtemps possible dans les angles morts d’un camion. Il faut cependant respecter les limites de vitesse; sur l’autoroute à 110km/h, la manœuvre de dépassement d’un poids lourd ne devrait même pas être envisagée…

6. Voir en entier. Le dépassement est effectué? Avant de revenir dans la voie qu’il a quittée, l’automobiliste doit s’assurer d’apercevoir entièrement et complètement le camion dans son rétroviseur intérieur. C’est de cette façon seulement que le camionneur verra, au-delà de sa calandre, qu’il a de la compagnie devant.

7. Ne pas tenter « la droite ». Le poids lourd met son clignotant vers la droite, mais semble tourner vers la gauche? Non, il ne fait pas une erreur : il amorce simplement sa manœuvre de virage en s’octroyant l’espace nécessaire pour le faire. Les automobilistes pressés et/ou imprudents qui sont alors tentés de se frayer un chemin par la droite risquent de finir écrabouillés…

Un fardier suit de trop près au goût d’un automobiliste? « Certes, c’est dérangeant, mais il n’y a malheureusement pas grand-chose à faire, si ce n’est de changer de voie pour tenter de s’en débarrasser », poursuit Yvon Lapointe, de CAA-Québec. Pourquoi ne pas quitter la grand-route quelques instants, le temps d’une pause-café? L’important, c’est de ne pas souffrir d’une telle situation, qui représente une fâcheuse distraction à la conduite.

Bref, dans le partage de la route, les automobilistes ont leur (important) rôle à jouer. Qu’ils n’attendent pas tout du camionneur : qu’ils prennent les devants en laissant le passage, en gardant leurs distances, bref, en collaborant.

Et que grand bien leur fasse. Après tout, qui veut sincèrement se confronter à un camion qui pèse jusqu’à 20 fois son véhicule?

Copyright © 2015 Nadine Filion. Tous droits réservés.